reacteur

L’âge des Lumières
Libéralisme, égalitarisme, progressisme

Le blog


26 novembre 2016 - Un vrai Fillon, des faux-fuyants

fillon_fuyant

Un grand classique : dans le programme de Fillon, on joue sur la confusion qu’introduit cette fallacieuse et sournoise distinction entre cotisations salariales et cotisations dites « patronales » (et bien sûr le terme de « cotisations » est remplacé par celui de « charge », mais c'est bien le moins…).

On dissimule ainsi le fait qu’une baisse des cotisations dites «patronales» est un moyen de baisser les salaires - les salaires super-bruts, s'entend, c'est-à-dire ceux dont dépend réellement non pas le simple pouvoir d'achat, mais bien le niveau de vie lui-même. On dissimule aussi le fait qu'une baisse des cotisations salariales aboutit certes à une hausse des salaires nets et donc du pouvoir d'achat, mais pas du tout à une hausse du niveau de vie.

La stratégie qui se dessine n'a rien d'original, je pense qu'une bonne partie de la droite rêve depuis belle lurette de pouvoir un jour la mettre en œuvre. L'objectif est double :

1- Démanteler la Sécurité sociale (Fillon ne s'en cache même plus), sous prétexte de « liberté de choix », afin d'augmenter les parts de marché des assureurs privés et ainsi d'augmenter l'assiette de la rente ;

2- Baisser les salaires super-bruts, sous prétexte de « compétitivité », afin d'augmenter le taux de la rente.

La méthode, très simple, en deux points :

1- Baisser les cotisations dites « patronales » et donc les salaires super-bruts ;

2- Baisser les cotisations salariales, voire aussi la CSG et l'IRPP, afin d'augmenter les salaires nets voire les salaires nets d'impôts.

Le double objectif est ainsi atteint :

1- Les sources de financement de la Sécurité sociale sont en grande partie asséchées, ce qui implique de la démanteler au moins en partie et d'offrir le marché aux agents privés > augmentation de l'assiette de la rente ;

2- Les salaires sont réduits > augmentation du taux de la rente.

Cerise sur le gâteau : comme les salaires nets ont un peu augmenté, avec un peu de chance, les gens ne verront pas tout de suite que leur niveau de vie a en fait baissé.

Alors les gens, il faudrait comprendre : une baisse des so-called « charges patronales », C'EST une baisse des salaires et une baisse de niveau de vie pour les salariés ; une baisse des cotisations salariales et/ou de la CSG et/ou des impôts, CE N'EST PAS une hausse des salaires ni une hausse du niveau de vie des salariés.